Traces

René Char écrivait dans La Parole en Mémoire : « un poète doit laisser des traces non des preuves, seules les traces font rêver » c’est dans la recherche de ce rêve que s’inscrivent les Traces de Michaël Sorne comme des lambeaux d’affiches et des inscriptions discernables à la surface des murs..

La peinture que l’on voit recouvre en fait une surface déjà peinte, viennent s’y inscrire des fragments d’écriture des morceaux d’objets ou de plantes, des dessins, des figures géométriques rien n’y est explicite suivant en cela Derrida : la trace est itinérante, elle produit sa route avec retard et se fraye un chemin qu’elle ne reconstitue qu’après coup .

Sorne entretient avec cette série un rapport particulier avec la disparition, celle du signe métaphorisant ainsi la sienne propre. C’est la raison pour laquelle rien de ce qui est écrit sur la surface du tableau ne peut se lire ou presque ; c’est dans l’indécision qu’ouvre ce" presque" que le tableau prend sa consistance, « l’angoisse de la disparition irrémédiable, de l’effacement de soi » dont parle encore Derrida, se sublime en oeuvre fragile, ne tenant qu’à un trait un nuage de peinture cependant présente.

TRACES  24
TRACES 01
TRACES 02
TRACES 03
TRACES 04
TRACES 05
TRACES 06
TRACES 07
TRACES 08
TRACES 09
TRACES 10
TRACES 16
Traces 22
TRACES 23
TRACES 25
TRACES 26
TRACES 27
TRACES 28
TRACES 29
TRACES 33
TRACES 34
TRACES 35
TRACES 36
TRACES 37
TRACES 38
TRACES 39
TRACES 40
TRACES 41
TRACES 42 HOMMAGE A JACQUES SCHWARZ
TRACES 43